Warning: Use of undefined constant wp_cumulus_widget - assumed 'wp_cumulus_widget' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/0133f1dbd80175dc7134df4de5476974/web/vincentdepaul_be_echos/wp-content/plugins/wp-cumulus/wp-cumulus.php on line 375
août 2010 – Echos Vincentiens

Archives de
Mois : août 2010

La solidarité fait exister le groupe

La solidarité fait exister le groupe

La solidarité, un beau mot, un grand mot mais que représente-t-il pour nous ?

Si nous essayons de le définir, nous pouvons dire qu’il s’agit d’un lien d’interdépendance impliquant une responsabilité mutuelle d’assistance et d’entraide réciproques entre les membres d’un même groupe unis par des liens particuliers. En ce qui concerne la Société de Saint-Vincent de Paul, ce lien se manifeste par une communauté d’engagement, de service, de foi.

Ainsi, la solidarité conduit l’homme à se comporter comme s’il était directement confronté aux problèmes des autres, sans quoi, c’est l’avenir du groupe, donc le sien, qui pourrait être compromis.

Dans sa tentative de répondre à la question « Qu’est-ce que la solidarité », la philosophe et écrivain Ivoirienne Tanella Boni nous fait part d’une réflexion intéressante dont voici un extrait : «Agir par solidarité est une manière d’humaniser la vie dans un monde de dette, de don, de distribution et d’aide. Un monde d’inquiétude grandissante pour les plus démunis. »

En m’inspirant de ce que nous disait sa Sainteté le Pape Paul VI dans son encyclique “ PopulorumProgressio”, j’aimerais vous dire ceci :

Le devoir de solidarité des vincentiens est aussi celui des Conférences. Les Conférences nanties ont le très pressant devoir d’aider les Conférences qui rencontrent des difficultés pour remplir leur mission, notre mission, d’aide aux plus démunis.

S’il est normal qu’une conférence, un Conseil soit le premier bénéficiaire des dons que lui a faits la Providence comme des fruits de son travail, de son imagination, aucune Conférence, aucun Conseil ne peut, pour autant, prétendre réserver « ses richesses » à son seul usage.

Chaque Conférence doit tout mettre en œuvre pour acquérir les moyens lui permettant à la fois de répondre aux sollicitations qui lui sont faites et aussi pour contribuer au développement solidaire de la Société de Saint-Vincent de Paul en Belgique et dans le monde.

Devant les difficultés rencontrées par certaines Conférences dites pauvres, on doit considérer comme normal que toute Conférence plus nantie consacre une partie de ses moyens à leur permettre de soulager les misères qu’elles sont amenées à côtoyer.

Chers amis vincentiens, si nous le voulons, nous le pouvons. Déjà cette solidarité existe. A nous, maintenant, de la développer, d’en faire notre pierre d’angle qui soutiendra toute l’action vincentienne au bénéfice des plus déshérités de nos frères, de ceux que saint Vincent appelait nos maîtres.

Osons la solidarité, osons tendre la main et la vie étincellera alors de mille couleurs.


Léon Even

SSVP_Main10A4

Les procès-verbaux de réunions du conseil d’administration et de l’assemblée générale

Les procès-verbaux de réunions du conseil d’administration et de l’assemblée générale

Nous vous proposons ci-après l’article de François De Bauw, avocat au barreau de Bruxelles, paru dans ASBL Actualités et que nous reproduisons avec l’aimable autorisation d’Edipro.

Introduction
On trouvera, dans les lignes qui suivent, le rappel d’une série de précautions qu’ils convient de prendre(1) à l’occasion de la rédaction du procès-verbal d’une réunion du conseil d’administration d’une association sans but lucratif (ASBL) ou d’une assemblée générale de ses membres. Le procès-verbal est le document qui relate tous les faits importants relatifs à cette réunion ou à cette assemblée. Il établit la preuve de la régularité de la procédure ayant abouti à la prise de décisions et matérialise et authentifie le concours des volontés des participants en indiquant le résultat des votes. Il permet donc de rapporter la preuve des décisions prises par chacun des organes dans le cadre de leurs compétences respectives et que ces organes ne peuvent valablement prendre que lorsque leurs membres, régulièrement convoqués et réunis en un même lieu, se sont formellement constitués en conseil d’administration ou en assemblée générale.

Rédaction séance tenante
Lorsque le procès-verbal est établi en la forme authentique par un notaire, il s’impose qu’il soit rédigé séance tenante. En pratique, le notaire établit le procès-verbal sur la base d’un projet qu’il complète au cours de la réunion du conseil d’administration ou de l’assemblée générale. Lorsque le procès-verbal est fait par acte privé, sa rédaction séance tenante s’impose également. La pratique déroge fréquemment à ce principe, mais les moyens modernes de traitement de texte permettent de produire un document définitif, revu et corrigé, en un laps de temps relativement bref si le secrétaire de la réunion du conseil d’administration ou de l’assemblée générale veille à travailler sur la base d’un canevas ou d’un projet.

Contenu
Pour ce qui est du contenu proprement dit, le procès-verbal doit être une œuvre impersonnelle et objective. Sauf cas exceptionnel, il ne doit pas contenir la reproduction littérale des débats : il suffit qu’il, exprime la substance de ceux-ci. Il doit constater les faits matériels prouvant le respect des formalités légales et statutaires et, à cet effet, consigner avec précision non pas tout ce qui a été dit, mais ce qui a été fait, de façon à permettre ultérieurement de déduire les conséquences de ces faits, par exemple pour permettre à un tribunal saisi d’une contestation d’en apprécier la pertinence. Dans cette perspective, le procès-verbal d’une réunion du conseil d’administration doit notamment constater les faits suivants: (i) le lieu de la réunion, (ii) la date et l’heure auxquelles elle s’est ouverte, (iii) la constatation que les administrateurs ont été convoqués dans le respect de ce que prévoient les statuts, (iv) la vérification du quorum de présences éventuellement requis, (v) la mention des documents faisant l’objet d’un vote ou dont la prise de connaissance par les administrateurs a pu avoir une influence sur un vote et qu’il y a lieu pour cette raison d’annexer au procès-verbal, (vi) la mention des déclarations faites au cours de la réunion et qui ont pu influencer un vote, (vii) le libellé précis des décisions prises, (viii) le résultat de chaque vote avec l’indication du nombre de votes positifs, de votes négatifs et d’abstentions (il n’est pas nécessaire d’indiquer le sens du vote de chaque participant, sauf si l’un d’eux en émet le souhait en ce qui le concerne) et (ix) l’heure à laquelle est déclarée close la réunion.
Pour les assemblées générales, le procès-verbal constatera notamment: (i) le lieu de l’assemblée, (ii) la date de l’assemblée et l’heure à laquelle le président l’a déclarée ouverte, (iii) le cas échéant, la procédure suivie pour la composition du bureau et les noms de ses membres, (iv) la constatation que des convocations ont été adressées tel jour aux membres pour les convoquer, (v) la vérification de la signature par les participants de la liste des présences, (vi) la nature des contestations éventuelles relatives à l’admission à l’assemblée et aux votes, ainsi que la manière dont ces contestations ont été réglées, (vii) la vérification initiale du quorum de présences éventuellement requis, (viii) la déclaration par laquelle l’assemblée se reconnaît valablement constituée pour délibérer, (ix) la mention de la lecture, ou de la dispense de lecture, des rapports faits à l’assemblée par le conseil d’administration et par le commissaire, (x) le libellé précis des propositions de décision soumises au vote, (xi) la mention des documents faisant l’objet d’un vote ou dont la prise de connaissance par l’assemblée a pu avoir une influence sur un vote et qu’il ya lieu pour cette raison d’annexer au procès-verbal, (xii) la mention des déclarations faites au cours de l’assemblée et qui ont pu influencer un vote, (xiii) la mention des questions posées aux administrateurs et commissaires et la mention des réponses données, dans la mesure où elles ont pu influencer un vote, et notamment le vote sur la décharge des administrateurs, (xiii) le résultat de chaque vote avec l’indication du nombre de votes positifs, de votes négatifs et d’abstentions et la déclaration du président selon laquelle la proposition de décision ,est adoptée ou rejetée, (xiv) l’indication de l’identité des votants (pour et contre) ainsi que de ceux qui se sont abstenus peut s’avérer opportune pour faire preuve du sens du vote de l’un ou l’autre actionnaire et ce, dans la perspective d’éventuelles contestations ultérieures, (xv) la mention de la lecture du projet de procès-verbal et de l’adoption du texte de celui-ci par l’assemblée et (xvi) l’heure à laquelle est déclarée close l’assemblée.

Déclarations et réserves
Chacun des participants à une réunion du conseil d’administration ou à une assemblée générale a le droit de faire acter au procès-verbal certaines protestations, déclarations, remarques ou réserves à propos du contenu des délibérations ou d’une décision, ou encore à propos de la manière dont le procès-verbal lui-même relate ce qui s’est passé lors de la réunion ou de l’assemblée. Les autres participants ne peuvent s’y opposer. Une fois communiquées oralement aux participants, ces observations peuvent être dictées au secrétaire ou remises à celui-ci sous la forme d’une note écrite, qui sera annexée au procès-verbal et auquel celui ci fera renvoi. C’est à l’auteur de ces observations qu’il appartient d’en libeller le texte: il ne pourrait requérir le secrétaire de le faire. Ce droit de faire acter remarques et réserves ne peut être exercé que dans la mesure où leur objet concerne le fonctionnement du conseil d’administration ou de l’assemblée générale et les affaires de l’association. Il ne peut être utilisé pour faire reproduire au procès-verbal des imputations injurieuses ou calomnieuses qui auraient été échangées à l’occasion des délibérations.

Annexes
Divers documents doivent être annexés au procès-verbal d’une assemblée générale, et notamment: (i) les justificatifs des convocations lorsque ces convocations ont été faites par lettres recommandées à la poste, (ii) l’original de la liste des présences, signé par les membres ou par leurs mandataires, et contresigné par les membres du bureau de l’assemblée, (iii) l’original signé des procurations données par ceux qui prennent part à l’assemblée par mandataire, (iv) l’original signé des rapports présentés à l’assemblée par le conseil d’administration ou par les commissaires, (v) le cas échéant, le texte des réserves ou déclarations formulées par l’un ou l’autre participant et qui ne seraient pas reprises dans le corps du procès-verbal et (vi) tout autre document ayant fait l’objet d’un vote ou dont la prise de connaissance par l’assemblée a pu avoir une influence sur le vote. Les annexes du procès-verbal d’une réunion du conseil d’administration seront, de manière générale, tous documents ayant fait l’objet d’un vote (et notamment le texte des rapports approuvés par le conseil en vue de leur présentation aux membres) ou dont la prise de connaissance par le conseil a pu avoir une influence sur le vote. On y ajoutera, le cas échéant, l’original des procurations des administrateurs représentés par un de leurs collègues si les statuts autorisent pareille représentation. Une référence expresse à chacune des annexes et aux raisons qui justifient de les joindre au procès-verbal doit être faite dans le corps de celui-ci. Il est conseillé, pour éviter les contestations ultérieures, que pour une assemblée les membres du bureau, ou pour une réunion du conseil d’administration le président et le secrétaire voire l’ensemble des signataires du procès-verbal, paraphent ne varietur chacune des pages annexées à un procès-verbal sous seing privé.

Liste des présences
Une importante annexe au procès-verbal est la liste des présences qu’il faut établir pour chaque assemblée. C’est un document capital car il permet de vérifier la composition de l’assemblée en vue de constater le quorum de présences éventuellement requis, de contrôler la régularité des votes et de rapporter la preuve de la composition régulière de l’assemblée. Il en est de même des divers documents qui permettent de justifier les mentions de cette liste, et notamment procurations et les pouvoirs des représentants des personnes morales qui participent à l’assemblée au nom de celles-ci. La liste est en général signée, avant l’entrée dans la salle de réunion, par le membre ou son mandataire, en regard de la mention de son nom. Elle devient définitive après que le bureau et l’assemblée ont procédé à la vérification des pouvoirs. Elle est alors contresignée par les membres du bureau et demeure annexée au procès-verbal. Les diverses mentions de la liste sont parfois reprises, non pas dans un document séparé, mais dans le corps même du procès-verbal: il n’y a bien entendu aucun inconvénient à procéder de la sorte.

Signature
Le procès-verbal, sous seing privé ou établi par un notaire en la forme authentique, n’existe comme tel que lorsqu’il est signé par ceux qui doivent y apposer leur signature. Lorsque le procès-verbal est établi sous seing privé, l’absence de certaines signatures n’affecte que la validité de celui-ci, et non celle des décisions prises. L’existence d’un procès-verbal n’est pas indispensable pour assurer la validité des décisions du conseil d’administration ou de l’assemblée générale: il n’est qu’un instrument de preuve. Si fait défaut la signature de certains administrateurs à l’occasion d’une réunion du conseil ou, pour une assemblée générale, celle de certains des participants, le tribunal appréciera en fait la portée et la valeur probante du document. Dans cette optique, on veillera notamment à indiquer au bas du procès-verbal les raisons pour lesquelles certaines signatures font défaut (refus, départ avant la confection du procès-verbal, etc.).

Fausses énonciations
Le cas échéant, peuvent être poursuivis du chef de faux en écritures les signataires d’un procès-verbal qui comporte des énonciations mensongères de date de réunion et de communication et lecture de rapports et qui vise à établir l’accomplissement régulier à une certaine date de formalités qui ne sont accomplies que plus tard. Celui qui produit un document en le présentant comme l’original du procès-verbal d’une délibération qui n’a jamais eu lieu s’expose à des poursuites du même chef et du chef d’usage de faux.

Conclusion
Le respect des quelques règles qui viennent d’être rappelées assurera la régularité des décisions prises par le conseil d’administration ou l’assemblée générale des membres et permettra d’éviter problèmes et contestations. On ne peut que recommander leur observation scrupuleuse.

1. Ce bref rappel ne prétend pas à l’exhaustivité. Pour un examen plus approfondi, le lecteur est invité à consulter notamment l’ouvrage de François De Bauw sur « Les assemblées générales dans les sociétés anonymes » (Bruxelles, Bruylant, 1996). La plupart des règles applicables aux sociétés anonymes, inspirées de celles des assemblées délibérantes, s’appliquent aux associations sans but lucratif.

Vincent de Paul et Louise de Marillac, deux grands prophètes de la charité

Vincent de Paul et Louise de Marillac, deux grands prophètes de la charité

Nous vous proposons ci-dessous de larges extraits d’un billet de Sœur Juima C. Neo, Fille de la Charité aux Philippines, billet qu’elle a écrit à l’occasion du 350ème anniversaire de la mort de saint Vincent de Paul.

Les célébrations sont un rappel collectif d’événements significatifs pour des groupes et des communautés. Elles unissent à un moment déterminé le passé, le présent et l’avenir. Elles témoignent de notre reconnaissance pour le passé, d’un engagement fort pour le présent et engendrent l’espérance en l’avenir. […]

Ils ont osé rêver

Durant leur vie, Vincent et Louise ont poursuivi un rêve auquel ils croyaient avec une passion implacable… un rêve qui était comme un feu qui les consumait. Ils ont rêvé de se donner complètement pour suivre Jésus-Christ, en évangélisant et en servant les pauvres de leur temps. Ce rêve a été comme l’Etoile Polaire qui a guidé chaque décision qu’ils ont prise et chaque pas qu’ils ont fait.

Néanmoins, Vincent et Louise ne sont pas nés avec ce rêve. En fait, ils avaient d’autres rêves, quand ils étaient jeunes. Des rêves comme nous en avons tous. Mais à mesure qu’ils prenaient conscience de ces premiers rêves, ils étaient constamment confrontés à l’ennui, à l’échec, aux détours, aux changements inattendus, comme si une main invisible avait été présente sur le chemin de leur réalisation.

Progressivement, Vincent et Louise ont découvert le sens de ces événements qui semblaient les éloigner de la réalisation de leurs rêves. En réalité, c’étaient les chemins mystérieux de Dieu pour leur révéler la vocation de leur vie. Vincent et Louise étaient ouverts à cette révélation et se sont laissé guider par l’Esprit.

Vincent comme Louise ont été tourmentés par de profonds doutes sur la foi durant un temps, doutes qui étaient de véritables ”nuits obscures” pour eux. Mais une expérience lumineuse pour Louise et la ferme résolution de servir les pauvres pour Vincent ont changé le cours de leur vie. A partir de ce moment et jusqu’au bout, ils ont mis de côté leurs premiers rêves pour suivre l’appel de Dieu. Un appel qui se déployait à travers la médiation des événements et des personnes. Une fois la main à la charrue, Vincent et Louise n’ont plus regardé en arrière.

A une époque de guerres interminables – livrées pour des raisons religieuses et politiques – et d’une pauvreté qui défie toute imagination, Vincent et Louise ont osé rêver… un rêve apparemment impossible. Mais avec la Providence comme guide et soutien, avec les dons extraordinaires dont la nature les avait enrichis si généreusement et avec la bénédiction des circonstances, le rêve de Vincent et Louise a pris forme peu à peu : les Dames de la Charité (aujourd’hui, AIC, Association Internationale des Charités), la Congrégation de la Mission et les Filles de la Charité.

Tandis qu’ils poursuivaient leur rêve avec une ferme conviction, Vincent et Louise, sans en être conscients, ont ouvert de nouveaux sentiers, des sentiers qui contribueront à renouveler de manière significative l’Eglise et la société du XVIIème siècle en France et au-delà.

Garder le rêve vivant aujourd’hui

En nous souvenant de Vincent et de Louise, nous sommes reconnaissants pour le charisme que Dieu leur a donné. Un charisme qu’en tant que fondateurs ils ont transmis à la Famille Vincentienne comme don à l’Eglise et au monde.

La fidélité créative est l’autre visage de notre gratitude pour le don de Vincent et Louise. Cette fidélité nous renvoie aux origines de l’histoire vincentienne et nous invite à lire le présent à la lumière de leur rêve, à relire leur rêve à la lumière de l’instant présent. Si Vincent et Louise étaient parmi nous aujourd’hui, que nous diraient-ils ? Comment répondraient-ils aux nouvelles situations auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui ? Quels seraient leurs choix ? […]

Notre monde est un monde qui se veut plus inclusif, qui veut aller au-delà des frontières de la race, de l’ethnie, des classes, des genres et des religions. Qu’est-ce que cela implique concrètement pour nos œuvres auprès des pauvres, pour notre collaboration ?

Notre monde est devenu de plus en plus sécularisé, tournant sur lui-même, tandis que l’on se préoccupe en même temps de justice sociale. Quels défis cela pose-t-il à notre service vincentien pour lequel la vision de foi et la charité sont primordiales ?

Nous célébrons l’anniversaire de la mort de Vincent et de Louise au milieu d’une crise mondiale inédite… une crise morale, culturelle, économique et spirituelle. Comment relirons-nous le rêve de Vincent et Louise à la lumière de cette réalité ? […]

Réfléchir plus profondément sur les récits de la vie et les écrits de Vincent et Louise, écouter les questions posées par notre temps, nous laisser provoquer par eux, chercher ensemble des réponses, c’est vraiment célébrer l’anniversaire de la mort de Vincent et Louise. C’est garder vivant leur rêve.

En avançant ensemble

Nous sommes les héritiers d’un grand don, fils et filles de deux grands prophètes de la charité. Cet héritage commun nous rend fiers. Nos liens s’affermissent. Avec un nombre immense de membres sur tous les continents, nous, comme Famille Vincentienne, nous avons un grand potentiel pour marquer notre époque, comme Vincent et Louise l’ont fait de leur temps. […] Pour nous, Famille Vincentienne, la célébration de ce 350ème anniversaire de la mort de Vincent et Louise est certainement un temps de grâce, un temps propice pour « approfondir davantage nos racines dans la charité et déployer plus largement nos branches dans la mission »… pour être prophétiques et faire naître l’espérance. Tentons d’y parvenir.

Il est certain que lorsque la charité demeure dans une âme, elle prend possession de toutes ses facultés; elle ne lui laisse pas de repos; c’est un feu qui est constamment actif; une fois que la personne en est enflammée, elle en est envoûtée.”

(Saint Vincent de Paul, répétition d’oraison, 4 août 1655)

Message de Michael Thio, nouveau président général international, aux Vincentiens

Message de Michael Thio, nouveau président général international, aux Vincentiens

Le 29 mai 2010, à Salamanque, Espagne, M. Michael Thio, de Singapour, a été élu XVe Président Général, avec 87% des suffrages. Il prendra ses fonctions le 27 septembre 2010. Voici son message aux Vincentiens du monde.

Mes chers Confrères Vincentiens,

Je vous remercie infiniment de la confiance que vous m’avez témoignée en m’élisant 15ème Président Général. J’aurai besoin de vos prières et de votre soutien pour que tous ensemble, avec le Bureau du Conseil Général International, nous puissions poursuivre le magnifique travail de nos fondateurs. Nous sommes appelés à une vocation Vincentienne et à une mission de service du Christ dans les pauvres, et nous avons la responsabilité conjointe de nous assurer que nous tenons notre promesse et respectons notre engagement aux côtés du Christ, du Bienheureux Frédéric Ozanam et de ses compagnons.

La Société est aujourd’hui l’un des apostolats de charité les plus respectés, connus, florissant et inspirant du monde. De par la sainteté, l’ingéniosité et l’inspiration du Bienheureux Frédéric et de ses amis, la Société apporte, dans le monde, respect et secours à des millions de pauvres, que nous appelons nos « amis dans le besoin ». Nous faisons partie de cet héritage et, vous et moi, par notre vocation de service aux pauvres, nous le maintiendrons et nous l’améliorerons en apportant un changement systémique et en restaurant la dignité de la personne humaine. Le Bienheureux Frédéric Ozanam disait « Allons aux pauvres. Nous ne devons pas seulement parler, mais agir et affirmer par nos actions la vitalité de notre foi ».

Votre générosité et votre engagement à donner de votre temps et de vos forces pour vous occuper des pauvres est incontestablement digne d’éloges. Cependant, nous devons nous assurer que notre service aux pauvres est significatif et salutaire. Notre travail doit refléter et imprégner notre vie chrétienne d’apôtres du Christ – nous menons un apostolat au sein du Corps mystique du Christ. Nous devons rester une communauté de travail et de prière et garder le Christ au centre de nos vies, et c’est ce que nous faisons. Chacun d’entre nous doit être toujours plus disciple du Christ, devenir une meilleure personne, un meilleur Vincentien et un meilleur Chrétien. « L’Amour du Christ nous presse », comme nous le dit le Seigneur dans 2 Cor 5 :14.

Je souhaite résumer quelques-uns des thèmes principaux de mon programme, auxquels nous devons nous atteler et que nous devons développer :

Formation spirituelle, formation des dirigeants et des membres

La formation spirituelle des membres est absolument fondamentale et nécessaire pour développer notre apostolat et notre Spiritualité vincentienne. La formation et le développement des dirigeants et des membres sont fondamentaux si nous voulons que membres et leaders soient bons et inspirés.

Internationalisation

Nous continuerons à poursuivre et renforcer l’internationalisation de la Société en tant qu’organisation caritative globale, et en gardant diverses nationalités au sein du Bureau du Conseil Général.

Expansion de la Société

Cela comprend aussi bien l’implantation dans de nouveaux pays que l’expansion de notre faisceau de services. La Structure Internationale soutiendra ce mouvement, avec l’aide des Jumelages Internationaux et de V inPaz.

Les deux Présidents et leurs épouses

Famille Vincentienne

Communication

Une communication efficace est un rouage essentiel de la transmission de l’information qui favorise la compréhension et la connaissance des situations à l’intérieur comme à l’extérieur de la Société.

Jeunesse / Jeunes Adultes

Il est essentiel de se concentrer sur la jeunesse et les jeunes adultes et sur leur développement. Il est également indispensable de les encourager au maximum et de leur donner toutes les opportunités possibles de participer activement au développement, au leadership et à la vitalité de la Société.

Il est important de travailler à une plus grande collaboration avec les différentes branches de la Famille, en particulier dans des projets mutuellement bénéfiques et dans les programmes de partage de nos connaissances, expériences, expertise et ressources, dans un esprit de solidarité et de mission.

Relations avec la Hiérarchie

Nous continuerons à maintenir des relations proches et fortes avec la Hiérarchie en tant que Corps Mystique du Christ dans l’Eglise.

Collaboration interconfessionnelle

Nous collaborerons avec d’autres organisations Catholiques et Chrétiennes à des œuvres de charité et de justice, dans l’esprit de dialogue et d’actions œcuméniques de l’Eglise.

République Populaire de Chine

Nous devons travailler au développement d’activités en Chine, avec prudence et attention.

Finances

Nous remercions les 16 pays du Concordat pour leur engagement à envoyer leurs Contributions solidaires régulièrement, ce qui a considérablement amélioré les finances du Conseil Général. Nous demandons à tous les autres pays de continuer également à envoyer leurs contributions car c’est essentiel, et obligatoire selon les Statuts.

Il ne s’agit là en aucun cas d’une liste exhaustive mais elle vous donne les indications sur nos orientations principales. Nous reverrons, si nécessaire, nos priorités en fonction des évolutions du temps. Collaborons, et travaillons tous ensemble en équipe globale, dans l’esprit de nos Fondateurs, à réaliser le rêve du Bienheureux Frédéric d’ « enserrer le monde dans un réseau de charité ».

« Heureux celui qui s’intéresse au pauvre ! L’Éternel le garde et lui conserve la vie. » (Psaume 41 :2-3)

Gardons nous les uns les autres dans nos prières, et recherchons l’intercession de notre Mère Marie, de St Vincent et du Bienheureux Frédéric dans la poursuite de notre vocation Vincentienne pour la gloire de Dieu.

Merci à tous et que Dieu vous bénisse !

Michael Thio,

XVe Président Général