Archives de
Mois : février 2017

Dialogue – Débat « Comment être arabe, chrétien et palestinien en Israël »

Dialogue – Débat « Comment être arabe, chrétien et palestinien en Israël »

Né en 1947, le Père Émile Shoufani est issue d’une famille chrétienne palestinienne de Galilée, le pays de Jésus. Peu après sa naissance, cette famille été victime du drame vécu par le peuple palestinien.  Quelques mois après la création d’Israël en 1948, l’armée israélienne fait irruption dans son village d’Eilaboun. Son grand-père ainsi que son oncle sont froidement exécutés sans aucun motif. Mais une grand-mère admirable a élevé Émile en lui inculquant la valeur du pardon et le refus de la haine. Le jeune garçon deviendra prêtre dans l’église grecque-melkite-catholique après des études en France, où il fera siennes les valeurs de la citoyenneté et de la démocratie. Curé de Nazareth depuis 1976 et directeur d’école, il n’a cessé de promouvoir le dialogue entre toutes les communautés de son pays.

En 2002, il a lancé une initiative unique et jusque-là impensable : un voyage réunissant juifs, chrétiens, musulmans d’Europe et d’Israël à Auschwitz, pour une décantation commune de la mémoire de la Shoah.

Aujourd’hui – au fil d’un dialogue avec Christian Cannuyer, familier de la « Terre Sainte » et des chrétiens d’Orient –, il nous parlera de la façon dont on peu être arabe, chrétien et palestinien en Israël. Comment vivre son identité chrétienne dans un État dont on est citoyen mais qui se définit comme « juif », comment concilier la loyauté envers cet État et la solidarité avec le peuple palestinien dont on fait aussi partie et dont on partage les souffrances ?

Animation :  Christian Cannuyer : Professeur à la Faculté de Théologie catholique de Lille
Président de la Société Royale Belge d’Études Orientales
(http://www.orientalists.be)
Directeur du Bulletin Solidarité-Orient Werk-voor-het-Oosten
(http://www.orient-oosten.org/)
Directeur de la Collection « Fils d’Abraham » (Brepols)
Secrétaire Général du Cercle Royal d’Histoire et d’Archéologie d’Ath

Vivre Ensemble – Appel à projets locaux – 2017

Vivre Ensemble – Appel à projets locaux – 2017

 

Chaque année, Action Vivre Ensemble soutient financièrement 80 à 90 projets de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, en Wallonie et à Bruxelles, pour des montants variant de 1000 à 5000 €. Une somme totale d’environ 300 000 € est réservée à cet appel.

Dépliant de présentation

Pour bénéficier d’un éventuel soutien d’Action Vivre Ensemble, voici comment procéder  :

1. Vous faites parvenir (par courriel et en deux exemplaires papier) le formulaire de demande (formdemande2017) de soutien et le fichier excel comptable (tableau_comp_ptes_asbl_17), avant le 31 mars, au bureau Action Vivre Ensemble de votre région.

2. La Commission Vivre Ensemble de votre région examine les dossiers et effectue si nécessaire une première sélection.

3. En mai/juin, la commission prend contact avec chaque association pour la rencontrer, se faire expliquer de vive voix son travail et poser des questions d’éclaircissement par rapport au projet présenté.

4. En juin, la commission Vivre Ensemble procède à la sélection des projets et avertit chaque association de la décision prise.

5. Fin juin, un texte de présentation de l’association est rédigé. Ces textes seront diffusés à partir d’octobre dans les paroisses, les écoles et les mouvements de la région mais aussi auprès des médias.

6. En novembre/décembre se déroule la campagne annuelle d’Action Vivre Ensemble. Cette campagne est à la fois campagne de sensibilisation/interpellation et campagne de récolte de fonds (notamment via une collecte dans toutes les paroisses du diocèse). Les associations retenues sont sollicitées pour faire des témoignages en différents lieux au sujet de leur action.

7. En février, Action Vivre Ensemble procède à la répartition des fonds récoltés. Si cela s’avère nécessaire, une avance peut parfois être versée dès septembre.

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter le bureau Action Vivre Ensemble de votre région.